French Dutch English German Portuguese Spanish
http://maxmanach.com/images/banners/slides//slide.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide1.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide10.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide11.JPGhttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide12.JPGhttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide13.JPGhttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide14.JPGhttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide2.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide3.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide4.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide5.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide6.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide7.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide8.jpghttp://maxmanach.com/images/banners/slides//slide9.jpg

 « Maxime Manac’h se définit comme plasticien bruitiste. Sa pratique artistique évolue donc aux confins du son et du pictural. Dans son cas, faire œuvre pluridisciplinaire c’est forger un langage commun, en utilisant chaque medium comme autant de matières premières, éléments bruts, concrets. C’est ensuite tracer des concordances, des relations, des connivences. Etablissant une cartographie, par rhizomes, une partition.

Aux travers de ses performances filmées, de ses installations sonores et de sa peinture en processus, Maxime Manac’h affirme une plasticité cohérente.  Les sons y sont durs, physiques, acousmatiques et industriels. Ils se révèlent par empreintes, traces, chocs, gravures, érosions. De même que dans sa peinture sur plaques métalliques, qui par impactes corporels (coups de masses, jet d’acides, drippings) pouvant se répéter, se superposer sur de longues périodes, font apparaître le processus de création.

Au sein de ces multiples actions, il est question pour l’artiste de trouver des énergies, d’animer des matières, de mettre le feu aux poudres… »

 Galerie Rezeda.2011.